Quelques affaires de pratiques commerciales jugées aux USA.

publié le 16 Mai, 2023

Les big pharma peuvent avoir des pratiques commerciales trompeuses. Elles doivent faire face de plus en plus aux lanceurs d’alertes qui les dénoncent.

Aux USA, un jury fédéral a ordonné l’année dernière à Eli Lilly de payer 61 millions de dollars pour avoir lésiné sur les rabais de Medicaid, la société s’est engagée à combattre le verdict. Mais au lieu du résultat que Lilly voulait, le prix a été triplé à plus de 183 millions de dollars.

Le lanceur d’alerte Ronald Streck ait convaincu un jury que la société avait violé la False Claims Act et avait tronqué Medicaid sur les remboursements.

L’affaire remonte à 2014, lorsque le lanceur d’alerte Streck, un pharmacien et avocat, a poursuivi Eli Lilly pour avoir prétendument lancé des augmentations de prix rétroactives et omis de payer les remises de Medicaid en fonction des prix plus élevés.

Lilly, pour sa part, a déclaré qu’elle “s’engage à respecter des normes élevées de conduite d’entreprise dans nos relations commerciales“. La société est “déçue” du résultat, mais elle prévoit de faire appel.

RAPPELS DE CAS PRECEDENTS

Pfizer, Viatris et bien d’autres doivent faire face à des allégations de “complot global” dans le cadre d’une poursuite générique pour fixation des prix

Streck a également déposé une plainte contre Bristol Myers Squibb et d’autres sociétés en 2013, mais a ensuite retiré ses plaintes contre les autres accusés. BMS a finalement réglé pour 75 millions de dollars en 2021 tandis que l’unité américaine d’Astellas Pharma a résolu son cas pour 18 millions de dollars la même année.

Bayer a payé 40 millions de dollars pour régler avec un lanceur d’alerte qui a déclaré que l’entreprise avait violé la loi sur les fausses déclarations.

Source : Fiercdepharma

A lire aussi …

Sommet Choose France 2024

Sommet Choose France 2024

Neuf projets d'investissements étrangers issus d'entreprises de l'industrie pharmaceutique ont été annoncés. Au total,...