La fin d’un Blockbuster aux USA : HUMIRA !

publié le 4 Jan, 2023

Le monopole pharmaceutique le plus lucratif de l’histoire de l’industrie touche à sa fin. En janvier 2023, la première copie d’Humira devrait être lancée aux États-Unis. Cela marquera la fin de 20 ans d’exclusivité commerciale au cours de laquelle AbbVie, a gagné près de 200 milliards de dollars grâce aux ventes mondiales du médicament.

Huit autres biosimilaires devraient être disponibles au cours de 2023, mettant AbbVie sous pression. Anticipant la concurrence, la société a passé ces dernières années à tenter de réduire sa dépendance à Humira, qui, encore en 2019, représentait plus de la moitié de son chiffre d’affaires.

Alors que les sociétés pharmaceutiques sont périodiquement confrontées à ces « falaises de brevets », aucune n’a été plus abrupte que celle à laquelle AbbVie est confrontée avec Humira. Jusqu’à présent, le produit le plus lucratif à devenir générique était le Lipitor, un médicament contre le cholestérol de Pfizer, qui, à son apogée, se vendait environ 13 milliards de dollars par an. En 2021, les ventes d’Humira ont totalisé 20,7 milliards de dollars.

Le lancement des biosimilaires Humira est également susceptible d’être un moment majeur pour l’ensemble de l’industrie, car leur arrivée est le plus grand test à ce jour pour savoir si les biosimilaires peuvent faire économiser des sommes importantes au système de santé. Jusqu’à présent, les biosimilaires actuellement disponibles n’ont pas répondu aux attentes élevées concernant leur impact.

La question concernera plus d’entreprises qu’AbbVie, car plusieurs médicaments comme Humira, comme Enbrel et Stelara, perdront également leur protection par brevet cette décennie. “Le nombre de produits biologiques confrontés à la concurrence est assez important au cours de la prochaine décennie“, a déclaré Joe Azzinaro, responsable commercial des biosimilaires chez le fabricant de médicaments Organon, qui prévoit de lancer un biosimilaire Humira en 2023.

AbbVie vend Humira aujourd’hui parce que son ancienne société mère, Abbott Laboratories, a acquis en 2000 Knoll Pharmaceuticals, l’activité de fabrication de médicaments de la société chimique allemande BASF. À l’époque, Humira s’appelait D2E7 et les analystes pensaient qu’il pourrait un jour rapporter entre 500 millions et 1 milliard de dollars par an.

Pourtant, Abbott puis, après un spin-out en 2013, AbbVie ont prouvé qu’Humira pouvait fonctionner pour beaucoup plus de maladies que la polyarthrite rhumatoïde, la maladie pour laquelle il a été approuvé pour le traitement, et ont progressivement étendu son utilisation. Dans le même temps, AbbVie a méticuleusement construit un mur de propriété intellectuelle – parfois appelé « maquis de brevets » – autour d’Humira et de chaque nouvelle indication.

Au total, AbbVie a déposé environ 250 demandes de brevet pour Humira aux États-Unis, dont 90 % après l’approbation du médicament en 2002, selon le groupe de défense Initiative for Medicines, Access & Knowledge. Cent trente ont été accordées.

Le bouclier de brevet renforcé a étendu le monopole légal d’AbbVie aux États-Unis pendant six ans au-delà de l’expiration du brevet principal d’Humira en 2016. Depuis lors, AbbVie a réalisé près de 75 milliards de dollars de ventes d’Humira aux États-Unis, renforçant le cours de l’action de la société et lui permettant de payer des milliards de dollars aux investisseurs en dividendes.

L’histoire est différente en Europe, où les biosimilaires sont arrivés en 2018 et ont rapidement grignoté la part de marché d’Humira.

Source:  Biopharmadive 

A lire aussi …

Sommet Choose France 2024

Sommet Choose France 2024

Neuf projets d'investissements étrangers issus d'entreprises de l'industrie pharmaceutique ont été annoncés. Au total,...