ACTUALITÉS

Collyre d’origine végétale : une alternative aux antibiotiques

Dans le cas des kératites infectieuses, un agent d’origine végétal offre une alternative au traitement antibiotique. 

La kératite infectieuse est l’une des principales causes de cécité dans le monde. Elle peut être causée par divers microorganismes, notamment des bactéries, des virus et des champignons. Le traitement conventionnel de la kératite infectieuse implique l’utilisation topique d’antibiotiques, mais la résistance aux antimicrobiens entrave son efficacité.

La réticulation du collagène cornéen est apparue comme un traitement alternatif aux antibiotiques contre la kératite infectieuse. L’utilisation de la riboflavine et de la lumière ultraviolette pour tuer les agents pathogènes pendant l’infection de la cornée permet de minimiser la destruction des tissus. Toutefois, l’impact des rayons ultraviolets sur l’œil suscite des inquiétudes.

La recherche du projet CORLINK, financé par l’UE, a été entreprise avec le soutien du programme Actions Marie Skłodowska-Curie. Ce projet propose d’utiliser la génipine, un agent de réticulation naturel dérivé de la plante Gardenia jasminoides. Cet agent présente des propriétés antimicrobiennes, une toxicité minimale et permet de se passer de la lumière ultraviolette.

Bien que le mécanisme exact de l’action antimicrobienne de la génipine reste à élucider, il implique très probablement la réticulation de diverses protéines présentes à la surface de l’agent pathogène, ce qui interfère avec des processus cellulaires vitaux comme la division et la croissance cellulaires. Un autre mécanisme d’action antimicrobien potentiel de la génipine est son interaction avec les enzymes intracellulaires qui provoque une perturbation métabolique. En outre, la génipine semble retarder la destruction des tissus, comme cela a été démontré dans des cornées humaines ex vivo.

Les chercheurs prévoient d’entreprendre des études pharmacocinétiques et pharmacodynamiques pour optimiser le dosage et l’application topique de la génipine. Compte tenu des propriétés réticulantes et antiinflammatoires de la génipine, les efforts de recherche à venir peuvent également porter sur son application en tant que traitement autonome ou adjuvant pour la prise en charge et le traitement d’autres maladies oculaires. En outre, la génipine pourrait traiter d’autres maladies associées à la peau, au diabète et aux escarres qui sont également caractérisés par l’inflammation, la lyse du collagène et la destruction des tissus.

Source : CORDIS

 

Nos derniers articles

Lutter contre l’insulinorésistance
Lutter contre l’insulinorésistance

De petites vésicules produites par le tissu graisseux semblent constituer des convoyeurs stables de l’adiponectine, une hormone qui joue un rôle clé dans le métabolisme du glucose.

lire plus
Amorçage de l’industrialisation dans l’Hexagone
Amorçage de l’industrialisation dans l’Hexagone

Les start-up et les PME innovantes en santé multiplient les initiatives de relocalisation industrielle de nouveaux produits pharmaceutiques et de dispositifs médicaux en France. La priorité étant par ailleurs de relocaliser une part de CDMO.

lire plus