Stratégie Santé | Actualités
Production
Les dernières nouvelles
Retour
Image non disponibleQui veut acheter une usine FAMAR ?
Date de publication: 09 July 2019

Le nouveau CEO de FAMAR, Patrick PUY,  a annoncé il y a quelques jours la vente de onze des douze unités industrielles du groupe, toutes sauf celle de St-Genis-Laval, près de Lyon (322 salariés, dont 32 intérimaires), qui a été placée en redressement judiciaire. 
« Pas très optimiste » pour ce site qu’il juge « invendable », Patrick Puy évoque la recherche d’acteurs industriels venant compléter l’activité pharmaceutique existante ou sa transformation en parc multi-sociétés sans maintien du portefeuille pharmaceutique ; une soixantaine d’emplois « au maximum » devraient être conservés, reprend le dirigeant. L’unité lyonnaise formule et conditionne les spécialités de plusieurs domaines thérapeutiques (infectiologie, diabète, cardiovasculaire…) dans diverses formes galéniques : comprimés, poudres et crèmes (dermocorticoïde), les sirops ayant été arrêtés au printemps.
La banque Lazard a été mandatée pour vendre les onze autres unités Famar, dont les trois françaises : Orléans (45), St-Rémy-sur-Avre (28) et L’Aigle (61). Plusieurs d’entre elles ont été visitées ces dernières semaines, tout comme celle de Pointe-Claire, au Québec, qui fait l’objet de la marque d’intérêt d’un important façonnier français.
 
La plus importante des usines françaises, Orléans (550 salariés), aurait été auditée par des émissaires du suédois Recipharm.
 
Spécialisée dans les lyophilisés et les injectables, St-Rémy-sur-Avre (220 salariés) aurait également reçu des visites.
Dans une interview accordée au Progrès, Patrick Puy a indiqué que l’activité des sites ne pourrait pas être maintenue au-delà d’octobre 2019.
Source Actu Labo

STRATÉGIE SANTÉ
19, rue Georges Clemenceau
78000 Versailles - France
Tél. +33 (0)1 42 86 86 00
contact@strategiesante.com